lundi 21 janvier 2013

Y a-t-il des valeurs universelles ?

Jeudi 24 janvier 2013
Débat au Musée du Quai Branly : Y a-t-il des valeurs universelles ?
avec Philipe Descola, Jean-Pierre Changeux, Geneviève Fraisse, Pierre-Henri Tavoillot, animé par Mathieu Vidard.
http://www.cnrs.fr/lesgrandsdebats/

Et pour préparer ce débat, voici deux papiers :

Un gros : « L'idée d'Universalité » paru in Lumières, catalogue de l'exposition BNF de 2006 (sous la direction de Y. Fauchois, Th. Grillet et T. Todorov).

Et un Petit : « Les Civilisations au banc d'essai », paru dans Le Monde le 23/02/2013 en plein dans « l'affaire Guéant ».


Aujourd'hui que tout s'évalue - des hôpitaux aux grandes écoles, des chercheurs aux ministres, des placements financiers aux budgets des Etats -, pourquoi n'aurait-on pas le droit d'évaluer les civilisations ? Après tout, on pourrait fort bien attribuer des AAA+ à certaines et dégrader la note d'autres au fil de l'histoire et en fonction de l'air du temps...
C'est une boutade, bien sûr, mais qui vise à dédramatiser un peu la polémique récente - très surjouée à mes yeux, dans le contexte d'une campagne électorale dont on conviendra qu'il n'est guère propice au traitement des questions délicates. Or la question est délicate : est-il légitime ou non d'affirmer la supériorité de certaines civilisations, et notoirement de la nôtre ?
Coincé entre, d'une part, la conviction des bénéfices de la démocratie et des droits de l'homme et, d'autre part, la mauvaise conscience de l'impérialisme colonial, on reste comme tétanisé par ce qui ressemble fort à une question piège. Et pourtant une issue est possible pourvu que l'on distingue les différents registres, critères et sens du terme "civilisation" qui sont ici en jeu. En voici quatre différents.
1. Le premier nous est légué par l'ethnologie. Une civilisation désigne selon elle un ensemble de créations humaines (oeuvres, moeurs, règles, croyances, savoirs, savoir-faire...), qui témoignent d'un écart avec la nature. Le fait de cuisiner avant de manger ; le décalage entre la puberté physique et l'autorisation sociale de procréer ; la reconnaissance de la vieillesse, etc. : autant de traits qui désignent la civilisation comme une mise à distance du monde humain vis-à-vis du naturel brut.
De ce point de vue, toutes les civilisations sont équivalentes. Aucune ne peut être décrétée plus puérile, plus naturelle ou plus primitive que les autres, puisque toutes manifestent un degré analogue d'élaboration culturelle. Et même si la tentation est forte de considérer les tribus "sauvages" ou les peuples traditionnels comme étant plus proches de la nature (voire, dirait-on aujourd'hui, plus écologistes), les ethnologues nous ont convaincus que la complexité de leurs dispositifs culturels n'avait rien à envier aux nôtres. Mais pour autant cela ne nous autorise pas à affirmer que toutes les civilisations se valent, car nous sommes ici dans le registre de la stricte description d'un fait (le fait de la culture) et non dans celui de la mesure d'une valeur.
2. Pour juger, il faut recourir à un autre critère. Celui qui permettra de parler comme on le fait si souvent de "hautes" ou de "grandes" civilisations. Il ne s'agit plus de décrire la seule différence entre nature et culture, mais de mesurer ce qu'une époque ou un peuple ont apporté à l'humanité et à son histoire. Une civilisation est dite grande lorsqu'elle produit des oeuvres qui ne s'adressent pas seulement à elle-même mais concernent, touchent, parlent à l'ensemble de l'humanité.
En dépit de sa clarté apparente, ce critère est très incertain, ne serait-ce que parce que la plupart des peuples se sont eux-mêmes conçus comme les représentants les plus éminents de l'humanité dans son ensemble ; il ne leur venait même pas à l'esprit que l'idée d'universel puisse être relative. Et s'ils ont produit de grandes choses, c'était de manière parfaitement égoïste.
Or, aujourd'hui, nous avons appris à nous méfier de l'universel qui, pensons-nous spontanément, n'est jamais très loin de l'impérialisme, cette espèce de folie des grandeurs. Pour un individu, c'est se prendre pour Napoléon ; mais pour une civilisation, c'est se prendre elle-même pour l'universel ; et rejeter dans la barbarie le reste du monde. De ce point de vue, la grandeur n'est jamais très loin de l'horreur...
3. Nous touchons là le troisième critère qui nous permettra d'affirmer haut et fort la supériorité de la civilisation occidentale ! Elle est la seule à parvenir à aussi bien se détester. C'est ainsi que l'on peut trouver une issue à la polémique actuelle : la supériorité de l'Occident, ce serait au fond sinon le relativisme lui-même (car le terme est à manier avec prudence), du moins cette capacité de se décentrer, de s'autocritiquer, voire de se haïr.
Cela commence avec Homère - très oriental au demeurant - qui dresse un portrait peu flatteur des Grecs dont il était pourtant censé raconter l'épopée : que valent Achille le colérique et Agamemnon le mesquin, à côté du bon et bel Hector ? Et cela n'a ensuite jamais cessé : critique chrétienne de Rome ; critique humaniste du christianisme ; critique "moderne" des humanités antiques ; critiques ultraconservatrices et hyperrévolutionnaire des droits de l'homme ; critiques occidentales de l'Occident colonial, etc.
La liste est longue. L'Occident n'a jamais laissé aux autres le soin de le dénoncer. Et ce parcours fut balisé par la haine de soi, le sanglot de l'homme blanc, le débat sur la comparaison des civilisations, voire la culpabilité. Tels sont les traits caractéristiques de notre univers spirituel. Ils fonctionnent pour le meilleur comme pour le pire ! Le meilleur, c'est l'autoréflexion, la distance critique, le doute, l'intérêt aussi pour les autres civilisations qu'il s'agit de connaître, comprendre, préserver ; le pire, c'est quand la critique n'accepte plus la critique ; c'est quand le doute refuse d'être mis en doute...
4. Il reste encore une dernière marche à franchir, qui ne concerne pas seulement la civilisation autocritique de l'Occident, mais ce qu'on pourrait appeler la civilisation de la démocratie. En quoi consiste sa supériorité ? Eh bien, dans l'affirmation que les civilisations importent moins que les individus qui les constituent ; dans l'idée que leur liberté, leur égalité et leur fraternité méritent notre attention plus que tout autre chose. Cette civilisation-là, née en Occident, le dépasse désormais de beaucoup et a cessé de lui appartenir en propre : une telle largeur, voilà peut-être le signe de la vraie grandeur.

Pierre-Henri Tavoillot enseigne la philosophie à la Sorbonne et est membre du Conseil d'analysede la société. Il est l'auteur de "Qui doit gouverner ? Une brève histoire de l'autorité" (Grasset, 2011).






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire