mercredi 12 décembre 2018

Pensée du jour

Avec tous ses bénéfices, le doute doit être fort riche 
… pourquoi ne pas le taxer ?

mardi 11 décembre 2018

Clivages français


Evidemment ! L’attentat de Strasbourg a été fomenté par Macron pour affaiblir le mouvement des gilets jaunes. La preuve : Castaner, vient de lancer le plan « urgence attentat » … dans le seul but d’empêcher l’acte V de la contestation. Nouveau signe de la duplicité d’un pouvoir sournois …  
Voilà ce qu’on peut lire sur les réseaux sociaux « GJ ».

Au-delà de l’anecdote, ce nouveau réflexe complotiste dit notre incapacité de penser les divisions de la société française sur un autre mode que, celui paranoïaque, du « moi contre le reste du monde ». Tous zadistes, voilà le mot ! C’est pourtant là la clé de tout : l’unité nationale commence par une réflexion critique sur ses clivages réels et non par leur négation.
Pour moi, la cartographie est la suivante. 
• Il y a d’abord les ennemis de la Démocratie occidentale qui veulent la détruire et s’y emploient par le terrorisme : ce sont les idéologues et les soldats de l’islamo-fascisme : Daech et Al Qaïda. 
• Viennent ensuite les « casseurs de la République », dont le spectre va de l’ultra droite à l’ultra gauche en passant par les « racailles », soit disant non politisées, mais, en fait, imbibés d’anti-républicanisme primaire. On aime à penser que, de ces trois courants détestables, la première est la plus dangereuse, alors que, selon moi, ce sont les deux dernières. Pourquoi ? Parce qu’ils bénéficient d’une complaisance médiatique quasi totale. L’extrême gauche a pignon sur Une (depuis le Comité invisible très apprécié par le journal Le Monde, aux Black Blocks anarchistes, et, sans solution de continuité, aux Insoumis). Et les « jeunes des banlieues » sont, par définition, des victimes sociales, raciales et symboliques. Ensemble, ils ont joyeusement saccagé Paris, Bordeaux, Avignon, Saint-Etienne, samedi dernier … Mais, j’insiste, ce ne sont pas que des casseurs de mobiliers urbain et de magasins, ce sont des « casseurs (politiques) de la République » ! Prenons-les au sérieux avec l'idéologie solide qui les anime.
Terroristes et casseurs sont des ennemis. Il n’y pas lieu de négocier quoi que ce soit.
Ne confondons pas avec un troisième clivage, — et on quitte là les oppositions radicales —, celui qui est apparu au grand jour avec les gilets jaunes, après avoir été annoncé, décrit, prévu (de longue date) par nombre de bons auteurs : c’est celui de la fracture territoriale, qui oppose les métropoles (centres et banlieues) mondialisées (et médiatisée) à la France périphérique enracinée (et oubliée). Dans un pays, comme le nôtre, qui est riche (2e revenu médian par habitant de l’UE), très égalitaire (oui !), doté d’une dynamique de pouvoir d’achat positive depuis 50 ans (re-oui !), avec le plus faible taux de ménage pauvres d’Europe (re-re-oui !), où les riches paient plus qu’ailleurs (re-re-re-oui !) et les entreprises plus taxées que nulle part (re-re-re-re-oui !), cette fracture-là saute aux yeux et rend aveugle sur tout le reste. Il y a une bonne raison à cela : au-delà des chiffres objectifs, c’est l’ouverture des destins et des choix de vie qui est en cause. Qui a des perspectives ? Qui se sent libre ? Qui peut bouger ? Qui peut travailler plus s’il le souhaite et quand il le souhaite ? Qui ressent qu’il paie pour des gens qui ne tiennent pas leur part du contrat social ? Qui pense que l'Etat — au-delà des services publics — s'acharne à « emmerder les Français » ? Qui est en insécurité fiscale permanente ? Qui se sent impuissant face à des forces bureaucratiques absurdes ? Les défis sont considérables.
Le début de solution à cette division nationale commence par une prise de conscience claire de sa nature. La nation a des ennemis qu’il faut combattre sans merci ; elle a aussi des clivages qu’il faut résorber sans déni.

Cf. Tribune de Denis Olivennes, Etat-Providence : les raisons du malheur français (Figaro, 12 décembre 2018).

lundi 10 décembre 2018

Après l'intervention du Président



Sondage réalisé par OpinionWay pour LCI après l’intervention du président d’hier : 49% des personnes interrogées l’ont jugé satisfaisante et 51% pas. 54% souhaitent que le mouvement s’arrête désormais. On a là donc la ligne de démarcation qui sépare, en France, ceux qui croient au Père Noël et ceux qui n’y croient pas ; ceux qui sont gilets jaunes pour dire qu’ils en ont assez de la technocratie ; et ceux qui le sont parce qu’ils en ont assez de cette démocratie, voire de la démocratie. Tout est certes loin d’être parfait dans le propos du Président : la question du désendettement de la France passe à la trappe (avec une seule une petite mention sur « la dette climatique et budgétaire », alors que c’est cela qui rend toute politique crédible impossible. Mais on sait que ce n’est pas sa priorité et que ce n’était pas le propos du soir. Il s’agissait de calmer les gilets jaunes modérés et de la distinguer des gilets jaunes tendance noire (anarchistes), brune (droite extrême) et rayée (pour délinquants en tout genre). On verra ce qu’il en est samedi prochain … mais on peut penser que la décrue sera au rendez-vous, avec ce que cette pente descendante contient de risques d’extrême radicalisation … Il y aura encore de la violence samedi !

Deux remarques sur les propos recueillis par ceux qui ne veulent pas céder : aucun des gilets jaunes interrogés par les caméras ne cédera. Bien sûr ! C’est devenu leur identité ; ils sont devant leurs camarades, sous les feux des projecteurs et apprennent avec aisance la langue de bois des organisations syndicales : « le compte n’y est pas » ; « la mobilisation continue » ;  « on ne nous a pas entendu », …
Mais ce qui frappe plus généralement, c’est la tendance zadiste ou lobbyiste devenue généralisée : chacun a sa zone à défendre, son petit rond-point, et son pré-carré. On ne rattrape pas en un soir une mansuétude coupable et une stratégie constante du politique qui vise (pour la conquérir) à fragmenter la société en petits blocs d’intérêts.

Le 11/12/2018