mercredi 20 juin 2018

Contre l’indignationnisme




            La démocratie a besoin de conversations, de pétitions et peut-être même d’indignations. Elle a besoin d’un peu de vacarme et de fureur pour éviter le règne des armes et des Führer. Les conversations permettent d’être en lien les uns avec les autres ; les pétitions et les colères nous donnent le sentiment d’être encore maître de notre destin quand il semble nous échapper. Esprit de convivialité et esprit de résistance font donc partie du mode de vie démocratique. On pourrait même dire qu’il est impossible de penser avec les autres, sans commencer par penser contre les autres : les ados le savent bien, les intellectuels aussi, qui, pour se faire, ont besoin (« de se faire ») de grands adversaires et de causes perdues … Mais on aurait bien tort de confondre ces esprits avec celui de la délibération. Car délibérer, ce n’est pas discuter, ce n’est pas protester, ce n’est pas s’indigner. On ne délibère pas quand on appuie sur un bouton pour exprimer son avis, quand on signe une pétition, quand on partage un post ou qu’on like une page … 
Au fond, délibérer ce n’est pas dire ce qu’on pense, mais envisager ce qu’on ne pense pas et parvenir à concevoir ce que pensent les autres ; c’est confronter le réel et l’idéal pour envisager le possible ; c’est donc avoir la décision en ligne de mire, même si ce n’est pas nous qui la prendrons. C’est tracer sa route entre les écueils du cynisme, de l’idéalisme, du pragmatisme et de l’indifférence. Par où l’on voit qu’il s’agit d’un exercice qui n’a rien d’aisé et que l’on arrive peu souvent à faire émerger de notre flot de paroles.
            Par où l’on voit aussi qu’une délibération réussie est rare ; c’est pourtant ce dont la démocratie a le plus besoin, tout particulièrement aujourd’hui où les enjeux deviennent de plus en plus complexes et où le bruit de fond ne cesse de s’accroître.

3 commentaires:

  1. Merci pour cette mise au point très claire.
    Juste une question naïve : quel statut réservez-vous, alors, au "débat" ? Le classez-vous dans la convivialité avec la "conversation", dans la recherche d'efficacité avec la "délibération", à mi-chemin entre les deux ... ou ailleurs ?

    RépondreSupprimer
  2. Ce peut être le terme générique qui englobe la conversation et la délibération.

    RépondreSupprimer