mercredi 9 juillet 2014

Le capital au XXI siècle — de T. Piketty

Il y a deux choses qui spontanément me plaisent dans le livre de Piketty. D’abord, la modestie du ton qui s’attache à présenter une démarche à la fois pédagogique et rigoureuse : c'est un livre savant qui s'adresse à tous ; ensuite la volonté de dépasser les clivages disciplinaires pour faire flèche de tout bois : c'est un livre d'économiste qui ne méprise ni n'ignore les autre savoirs.

« La discipline économique n’est toujours pas sortie de sa passion infantile pour les mathématiques et les spéculations purement théoriques, et souvent très idéologiques, au détriment de la recherche historique et du rapprochement avec les autres sciences sociales » (p. 63).

Il y a tout de même pour moi un doute persistant sur l’objet même « inégalité ». L’ouvrage pose pour acquis que des inégalités croissantes sont néfastes par essence. Cela semble évident, mais cette « évidence » pour moi ne l’est pas tout à fait. Le principe (notamment défendu par John Rawls) d’inégalités croissantes pouvant être perçues comme « justes » dans un contexte d’amélioration globale des conditions de vie (notamment des plus défavorisés) — dit principe du maximin — continue de me paraître convaincant.

Je me propose donc en guise de « devoir de vacances » de produire quelques notes de lecture, chapitre par chapitre, du gros livre de Piketty, pour « tester » à la fois mon intérêt spontané et ma réserve de principe. Bienvenu à vos remarques si vous voulez me suivre dans cette tâche.


… à suivre

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire