mardi 3 octobre 2017

S'éterniser par le mal ?

Terroriste fast converti ? Serial killer (trop longtemps) refoulé ? On s'interroge sur les motivations du tueur de Las Vegas ; mais certains pointent du doigt, avec une joie mauvaise, le matérialisme américain, la vie moderne réduite à la consommation dont Las Vegas serait le temple vain. 

A ceux-ci rappelons l'histoire véridique d'Erostrate qui n'a pas attendu le consumérisme pour agir.

Erostrate était un obscur habitant d’Ephèse. Désirant se rendre immortel grâce à une action d’éclat, il décida d’incendier le temple d’Artémis à Ephèse, qui était l’une des sept merveilles du monde. C’était en 356 av. J-C. Il fut évidemment torturé et exécuté, mais, en outre, les Ephésiens scandalisés devant cet acte gratuit blasphématoire rendirent un décret qui interdisait sous peine de mort de prononcer le nom d’Erostrate ; et c’est ainsi qu’il passa à la postérité  … pour l’éternité !

Le mal, bien plus que la bonté, est un moyen facile, rapide et efficace de passer à la postérité …

Voir JP Sartre in Le Mur (1939) : 
« — Je le connais votre type, me dit-il. Il s'appelle Érostrate. Il voulait devenir illustre et il n'a rien trouvé de mieux que de brûler le temple d'Éphèse, une des Sept Merveilles du monde.
— Et comment s'appelait l'architecte de ce temple ?
— Je ne me rappelle plus, confessa-t-il, je crois même qu'on ne sait pas son nom.
— Vraiment ? Et vous vous rappelez le nom d'Érostrate ? Vous voyez qu'il n'avait pas fait un si mauvais calcul. »

2 commentaires: